Le 15 Décembre 2018 à 18H
U Arena - Paris La Défense Arena


TOUS À PARIS POUR LE SUPERPRESTIGIO !



OUVERTURE DE LA BILLETTERIE MERCREDI 16 MAI

Le 15 décembre 2018, la planète moto a rendez-vous à Paris La Défense Arena pour un dirt track historique. Johann Zarco défiera les meilleurs pilotes de monde sur un anneau de terre, tout en glisse.

Le Superprestigio, c'est une fête de fin d'année regroupant les meilleurs pilotes du globe, toutes disciplines confondues. Les règles du jeu sont simples : un anneau de terre de 250 m de long. Des monocylindres 4T 450 cm3 rabaissés pour tenir par terre. Vitaminés pour s'extraire de la grille comme des balles. Chaussés de pneus pluie Michelin pour faire frotter les oreilles. Et dépourvus de frein avant pour obliger les pilotes àse freiner en travers. Munis d'une « hot shoe », semelle métallique attachée à la botte gauche, ils passent le virage en glisse. Puis ressortent en travers, et parfois également en wheeling, à l'accélération. C'est bien simple : les pilotes de dirt ne roulent jamais droit ! Les manches sont ultra courtes : six à huit tours, soit une à deux minutes, pour un concentré d'attaque. Les courses s'enchainent pour maintenir le public en haleine. Et les meilleurs pilotes progressent dans la soirée vers une superfinale, avec pour enjeu, le trophée convoité du« Superprestigio. »

La liste des récents vainqueurs parle d'elle même : elle comprend le sextuple champion du monde Marc Marquez, le champion des USA de dirt track Brad « the Bullet » Baker, et le champion des USA de Supersport JD Beach, qui pratique le dirt depuis l'âge de trois ans ! Soit ce qui se fait de meilleur question glisse des deux côtés de l'Atlantique. Les précédentes éditions avaient lieu au Palau Sant Jordi de Barcelone. PHA, promoteur du GP de France, s'est associé avec RPM, l'organisateur des cinq dernières éditions catalanes, afin de vous concocter un dirt track de rêve.

A l'UArena, l'une des plus grandes salle couverte d'Europe avec 20 000 places assises, aux portes de Paris, à quelques jours de Noël. La piste sera 50 m plus longue qu'à Barcelone, soit encore plus rapide et spectaculaire. Cerise sur le gateau, notre N°1 français Johann Zarco, déjà finaliste à Barcelone, relève le défi. « Jusqu'ici, je n'ai jamais pu m'entrainer suffisamment » explique Johann. « Mais je vais faire construire un anneau de terre sur ma base d'entrainement à Eyguières (84), et vais faire en sorte de me sentir chez moi à Paris ». Parole de double champion du monde.

La mécanique du show

Quelles sont les forces en présence ? Une catégorie Superprestigio représentant la crème des pilotes MotoGP, Moto2 et Moto3 adeptes de la glisse. Et il y en a ! Une catégorie Open regroupant les meilleurs pilotes du monde toutes autres disciplines confondues. Auquels on ajoute en guise de piment la crème des spécialistes américains. Soit les pros de l'American Flat Track. Ces deux camps s'affrontent d'abord entre eux via des manches éliminatoire de six tours. Huit pilotes par série, les deux premiers de chaque série qui progressent vers des finales. Et des repêchages permettent à ceux qui se sont loupés de se faire une place parmi l'élite. Les meilleurs pilotes des deux camps s'expliquent ensuite au cours de quatre finale de 8 à 14 tours, ce qui donne lieu à des bagarres épiques. Chaque finale est cruciale, car elle permet de marquer des points en vue de la qualification du « Main Event » comme disent les Ricains. La Superfinale de 16 tours qui voit enfin s'opposer les quatre meilleurs Superprestigio et les quatre meilleurs Open. Le vainqueur est couronné grand gagnant de la soirée. Deux bonus parce que vous avez été sages : une catégorie Vintage pour revoir en action les magiciens du Supermotard tels Boris Chambon. Et une catégorie Kids pour que les futures gloires du Superprestigio vous en mettent plein la vue. A Barcelone, les meilleurs n'étaient qu 'à une seconde au tour des grands sur leurs KTM 65cm3 2T ! Entre les manches et à l'entracte, il y aura aussi du spectacle, mais l'on ne va pas tout vous dire... Le samedi 15 décembre à 18h, Johann Zarco aura besoin de vous pour triompher. Venez l'applaudire, et vous régaler !

L'évènement

Billetterie

CATEGORIE
DEPART 130,00€
ARRIVEE 130,00€
CAT01 90,00€
CAT02 75,00€
CAT03 49,00€
PMR + ACCOMPAGNANT 49,00€


Horaires

Samedi 15 décembre 2018 : 18h00 - 22h30

Programme des courses



Accès

Paris La Défense Arena - itinéraire

Adresse : 99 Jardins de l'Arche,
92000 Nanterre

Categories

1 – SUPERPRESTIGIO

Cette catégorie est réservée aux pilotes qui participent ou ont participé au Championnat du Monde de Course sur route FIM ou à d'autres championnats internationaux sur circuits. Les inscriptions se font selon les critères de l’organisateur du Furygan Superprestigio Dirt Track.

2 – OPEN

Cette catégorie est ouverte aux pilotes ayant de l’expérience et un palmarès dans les compétitions internationales hors route (dirt track, flat track, speedway, supermoto, enduro, motocross, etc…), ou ils peuvent être sélectionnés par le comité d’organisation du Furygan Superprestigio Dirt Track .

3 – VINTAGE

Cette catégorie regroupera d’anciens pilotes ayant été des leaders de leur discipline.

4 – KIDS

Pilotes âgés de 6 à 11 ans.

La piste



Le Furygan Superprestigio Dirt Track est un ovale en terre battue de 200 mètres de long avec des protections rembourrées tout le long du périmètre.

Les départs des courses sont donnés au moyen d’une herse de départ automatique issue du motocross.

Données techniques

Longueur totale de la piste : 250 mètres
Longueur des lignes droites : 60 mètres chacune
Largeur minimale de la voie : 11 mètres

Dirt track

Le dirt-track est une discipline sportive motocycliste de vitesse originaire des États-Unis et qui se déroule sur des pistes de terre ou de cendres. Il existe différentes modalités, la plus courante étant la piste plate, il s’agit d’un ovale complètement plat ou avec une très légère pente. Les circuits TT, en revanche, alternent courbes à gauche et à droite, avec généralement un peu de sauts.

Selon la longueur de l'ovale, les circuits à plat peuvent être de 1600 mètres,  800 mètres ou encore plus courts, soit moins de 600 mètres. Les courses se déroulent généralement dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, c'est-à-dire avec des courbes toujours à gauche.

Une compétition de dirt-track consiste en une série de rounds éliminatoires et de repêchage - tous toujours très courts - entre de petits groupes de pilotes. A l’issue de ces différentes manches, les pilotes les plus rapides se qualifient pour la manche suivante jusqu'à la dernière course. Ce concept fait du dirt-track l'un des spectacles les plus dynamiques que l'on peut voir en moto.

Le championnat le plus important au monde est l'American Flat Track Series, la discipline compte plusieurs sous-disciplines en fonction de la piste : mile, half mile, short track et TT.

Aux États-Unis, un «Grand Chelem» est décerné à un pilote lorsqu'il remporte une course en piste sur un circuit de 1 mile, une autre course sur un circuit de ½ mile, une course courte piste, une course TT et une course au Championnat américain de vitesse sur l'asphalte.

Les motos de Flat-Track n'ont pas de frein avant mais, contrairement au speedway - leur discipline «sœur» - elles ont des suspensions. L'une des motos les plus populaires aux États-Unis est la Harley-Davidson XR-750, utilisée sur les pistes de mile et demi-mile. En Espagne, le Bultaco Astro était célèbre, et a reçu ce nom pour ses victoires dans l'un des "temples" du flat-track : l'Astrodome de Houston.

La technique de base du Flat-Track est de faire glisser la moto dans les virages en maintenant la glisse, en combinant l'accélération, le mouvement du guidon et la position du pilote sur la moto.

Lors du Superprestigio de Paris, les motos utilisées sont des mono 450 cm3 cross aux suspensions rabaissées pour mieux tenir par terre et faciliter le contrôle de la glisse sur l’angle. Elles sont munies de jantes de 17 pouces et chaussées de pneus pluie Michelin. Et comme le veut la tradition du dirt track, elles sont dépourvues de frein avant, ce qui oblige les pilotes à se freiner en travers. Ces motos produisent environ 50 ch pour un poids de 120 kilos, ce qui en font de redoutables sprinteuses.

La technique dirt track, par Kenny Noyes

La première fois que vous voyez une piste de dirt-track, vous pouvez avoir l'impression que c'est simple. Si l'on compare une piste ovale à une piste de motocross exigeante, une «zone d'essai » impossible ou un circuit d'asphalte très rapide et technique, un ovale ne semble pas présenter de complications majeures. En fait ... il suffit de tourner en rond !

Mais dès que vous voyez une course, vous réalisez que la technique nécessaire pour être rapide en Dirt Track est loin d'être simple. Les règles ne permettent pas aux motos d'avoir de frein avant et limitent la largeur des pneus afin de maintenir un faible niveau d'adhérence.

Par conséquent, les pilotes doivent freiner, tourner et sortir des courbes en laissant les deux roues glisser. L'exigence est maximale, car le dérapage doit être contrôlé en combinant le frein arrière, le gaz, l'angle d'appui, la position du corps et le niveau de pression du pied gauche contre le sol.

Oui, vous avez bien lu... le pied gauche appuie contre le sol ! Les pilotes de dirt-track portent une semelle de fer qui couvre la semelle de la botte gauche et permet à ce pied d'agir comme une «troisième roue». 

Avec ce point d'appui supplémentaire, les pilotes peuvent se pencher et faire glisser la moto au-delà de la limite maximale qu'ils auraient atteinte sans l'aide de cette «botte de fer».

Voyons ci-dessous ce qui se passe quand nous entrons dans un virage d'une piste de dirt-track ...

1. L'entrée dans la courbe (ou "Pitching in")

Sans frein avant et avec peu d'adhérence sur les pneus, la seule façon de freiner et d'entrer dans la courbe est de forcer la moto à déraper et de laisser la "glisse" des deux roues contre le sol ralentir notre vitesse.

Les pilotes débutants n'utilisent généralement que la roue arrière (une manœuvre généralement connue sous le nom de «backing in») pour freiner. En revanche, les pilotes experts et les professionnels le font avec les deux roues. Une fois que la roue arrière commence à glisser, la roue avant est orientée vers l'extérieur de la courbe, l'amenant à déraper également. Ce "double dérapage" augmente le freinage, donc nous pouvons entrer plus vite dans la courbe. Selon la longueur de la piste, les pilotes provoquent le dérapage :

2. Le point central de la courbe (ou "Getting it turned")

Cette partie de la courbe est la plus importante et celle qui différencie les débutants et les pilotes aguerris. Les meilleurs pilotes sont en mesure de faire pivoter la moto et de se diriger vers la ligne droite plus tôt. Le contrôle de la poignée de gaz et la position du corps sont essentiels pour équilibrer la moto, et faire en sorte que le train arrière s'aligne avec l'avant pour terminer le virage avant d'ouvrir complètement les gaz. Cette partie doit être faite sans jamais dépasser la limite critique, afin d’éviter le highside et la chute.  

3. La sortie de la courbe (ou "Getting drive")

A la sortie de la courbe, l'objectif des pilotes est toujours de remettre le pied portant la semelle de fer du sol le plus tôt possible sur les cale-pieds tandis que le corps se balance vers l'extérieur et vers l'arrière de la moto. Chaque pilote est différent et chacun exécute ces mouvements en fonction de son propre style de pilotage, mais l'objectif est toujours le même : faire en sorte que le pneu arrière acquiert le maximum d'adhérence dès que possible alors que la moto garde le bon alignement. Bien qu'il puisse sembler que les pilotes sont tous plein gaz à ce moment-là, le contrôle des gaz reste fondamental à ce stade, soit pour compléter le dérapage, soit pour le couper et «attaquer» la ligne droite.

C'est la technique de base du Dirt Track. Cependant, maîtriser cet équilibre et passer d'une étape à l'autre dans des virages courts peut prendre moins de 5 secondes, et est une véritable forme d'art qui ne peut être vraiment appréciée et étudiée qu'au ralenti.

Profitez du spectacle dirt-track !!!

Une école de champions.

Le Dirt Track, également connu sous le nom de Flat Track lorsqu'il est célébré sur des ovales plats ou avec un très faible dévers, est l'une des disciplines de motocyclisme sportif les plus traditionnelles aux États-Unis.

Kenny Roberts, Eddie Lawson, Wayne Rainey, Kevin Schwantz, Wayne Gardner, Randy Mamola ... tous les coureurs de l'âge d'or du Championnat du Monde 500cc ont commencé à pratiquer le dirt-track et sont ensuite passés au Grand Prix Vitesse en réutilisant le principe de la conduite avec la roue arrière, une technique jusqu'alors inconnue en Europe.

Aujourd'hui, la plupart des coureurs du Championnat du Monde s'entraînent sur des pistes de terre et pratiquent la piste de terre pour maintenir leur forme physique et perfectionner leur contrôle du dérapage.

Johann Zarco, Marc Márquez, Tito Rabat, Àlex Márquez, Valentino Rossi, Jorge Lorenzo, ou Dani Pedrosa, parmi tant d'autres, incluent le dirt-track comme élément indispensable à leur préparation.

Ci-dessous, nous vous montrons quelques-uns des nombreux pilotes qui font glisser leur MotoGP lors des Grand Prix en appliquant la technique de pilotage sur piste. Et ils ne vous seront pas inconnus ...

Eddie Lawson
Eddie Lawson
 
Garry McCoy
Garry McCoy
 
Johann Zarco
Johann Zarco
 
Johann Zarco
Johann Zarco
 
Marc Marquez
Marc Marquez
 
Mike Doohan
Mike Doohan
 
Mike Doohan
Mike Doohan
 
Nico Terol
Nico Terol
 
Randy Mamola
Randy Mamola
 
Randy mamola
Randy mamola
 
Tom Sykes
Tom Sykes
 
Troy Bayliss
Troy Bayliss
 
Valentino Rossi
Valentino Rossi
 
casey stoner
casey stoner
 
Àlex Crivillé
Àlex Crivillé
 

Presse

Demande d’accréditation :

Les accréditations MEDIAS s'adressent uniquement aux journalistes détenteurs d'une carte de presse.

Pour toute demande d’accréditation, nous vous remercions de bien vouloir adresser un mail à l’adresse suivante : presse@pha-michy.com, en indiquant les informations suivantes :

Pour des raisons de sécurité, le nombre d’accréditations MEDIAS pour le Superprsetigio Dirt Track sera limitée et l’organisation ne garantit pas que votre demande sera acceptée.

Multimedia

Affiche de l'évènement
Vidéo de l'évènement
BEACH
BEACH
 
BRAD BAKER
BRAD BAKER
 
Barcelona-bagarre
Barcelona-bagarre
 
CHAREYRE
CHAREYRE
 
DEPART ZARCO
DEPART ZARCO
 
ELIAS+BEACH
ELIAS+BEACH
 
GROUPE 2
GROUPE 2
 
GROUPE
GROUPE
 
JOAN MIR
JOAN MIR
 
MAHIAS
MAHIAS
 
MARQUEZ 2
MARQUEZ 2
 
MARQUEZ
MARQUEZ
 
MOTO DTX
MOTO DTX
 
OHMORI 2
OHMORI 2
 
OHMORI DSC09388
OHMORI DSC09388
 
OHMORI
OHMORI
 
ZARCO 2
ZARCO 2
 
ZARCO 3
ZARCO 3
 
ZARCO 4
ZARCO 4
 
ZARCO 5
ZARCO 5
 
ZARCO
ZARCO
 
e__gp_2638
e__gp_2638
 
e__gp_2650
e__gp_2650
 
e__gp_2847
e__gp_2847
 
e__gp_3118
e__gp_3118
 
lorenzo-wins-class-at-abu-dhabi-12-hours
lorenzo-wins-class-at-abu-dhabi-12-hours
 
zarco-rufea
zarco-rufea
 

Contact